1968-basket

JO 1968 : Grande Première pour le basketball !

 

La délégation marocaine 

La ville de Mexico abrite la XIXe édition des Jeux Olympiques d’été. Le Maroc est représenté dans quatre disciplines : athlétisme, basketball, lutte gréco-romaine et boxe.

Les footballeurs marocains auraient également dû être de la partie. Au terme d’une rencontre épique remportée au Ghana (2-1), les coéquipiers du capitaine Driss Bamous éliminent les Black Stars et se qualifient pour les Jeux Olympiques. Mais la décision du Maroc de boycotter les épreuves de football empêche les spectateurs mexicains de voir à l’œuvre une escouade pétrie de qualités.

Ce n’est que partie remise ! Deux ans plus tard, l’équipe nationale de football prend ses quartiers au Mexique et devient la première nation africaine à se qualifier pour les phases finales de la Coupe du Monde de football. Les nationaux sont à deux doigts de faire plier la RFA du bomber Gerd Muller et ne s’inclinent que par la plus petite des marges (2-1).

Orphelins du colosse Lahcen Sam Sam Akka, les athlètes marocains peinent à rivaliser avec leurs adversaires même si un tout jeune sprinter attire l’attention. Omar Ghizlat, 18 ans à peine, participe en effet aux épreuves du 400 mètres. Dix-sept ans plus tard, il remporte le 200 mètres aux Jeux Panarabes organisés à Rabat (1985) ! Un modèle de longévité.

Les lutteurs et les boxeurs marocains butent sur une concurrence particulièrement rude même si Aziz Tahar (- 48 kg) entre dans l’Histoire en devenant le premier pugiliste à remporter un combat aux Jeux Olympiques, face au Zambien Nata. Il est rejoint deux jours plus tard par Mohamed Sourour (- 57 kg).


Ils ont marqué ces JO


Mokhtar Seyad, le « basketteur-athlète »

Le basketball marocain peut se prévaloir d’être le premier sport collectif à offrir un titre de champion d’Afrique au Royaume. C’était en 1965.

Trois ans plus tard, les Marocains remettent leur titre en jeu à Casablanca. Les coéquipiers du virtuose Mokhtar Seyad chutent en finale face au Sénégal (67-60) mais décrochent un ticket pour les Jeux Olympiques de Mexico.

Le tirage au sort des JO ne sourit guère aux nationaux : ils doivent en effet affronter l’URSS, championne du monde en titre, mais également le Brésil et la Pologne, respectivement 3e et 5e aux mondiaux organisés en Uruguay un an plus tôt.

Avec neuf défaites en autant de rencontres jouées, le Maroc ne parvient pas à tenir la dragée haute aux grandes nations du basketball mondial. Mais il est de ces statistiques qui révèlent toute l’étendue du potentiel du joueur marocain. Mokhtar Seyad, le joueur du KAC, occupe en effet la 3e place au classement individuel des meilleurs marqueurs de la compétition, avec une moyenne de 20,4 points par match ! Avec un taux de réussite de 70% aux lancers francs et des statistiques impressionnantes en attaque, Mokhtar Seyad (25 ans) est l’une des grosses révélations du tournoi olympique.

Quoi de plus original que le parcours de cet athlète d’exception ! L’enfant de Kénitra fait des débuts remarqués en football et en handball avant de briller dans les épreuves de saut en longueur et de triple saut ! Et de faire ensuite les beaux jours du FUS, des FAR et du KAC en basketball avant d’épouser une carrière professionnelle en Belgique. Sacré meilleur sportif marocain de l’année en 1968, Mokhtar Seyad a sans contesté marqué les JO de Mexico de son empreinte.




Vous êtes ici :